English
Page d'accueil

Le patrimoine culturel

La Roche Posay possède un riche patrimoine thermal, historique, associatif et artistique.

Des lieux d'expositions

  • Les Loges du Parc. Expositions dans les salons
  • Maison de la Culture et des Loisirs
  • Espace Mose. Expositions toute l'année.
  • Galerie de l'Excellence. Expositions toute l'année.
  • Casino
  • Papillon Décoration

Des associations et des organisateurs de manifestations culturelles

Maison de la Culture et des Loisirs (MCL)

  • Salon des Artistes Amateurs en Avril
  • Les Artistes dans la ville en Juillet

Casino

  • Pièces de théâtre à la salle de Cinéma
  • Spectacles au Casino
  • Festivals

Les Vacances de Monsieur Haydn

Festival de musique de chambre en septembre

Le Chœur des 3 Rivières

Chant Chorale mixte organisant divers concerts et un Festival annuel "les Chorilèges" réunissant d'autres chorales.

Les Baladins des Deux Eaux

Festival de Folklore à la Pentecôte - Spectacles

Des lieux chargés d'histoire

Le donjon (XIème siècle)

Edifice de défense culminant à 23m de hauteur, cette tour dotée de 4 niveaux appartenait au Seigneur de La Roche-Posay. Construit en pierres de tuffeau, dont l'épaisseur des murs est de 2,50 m, il comprend 2 étages et un chemin de ronde, 2 salles voûtées dont une « salle des échos » remarquable par l'acoustique particulière voulue par le constructeur.

Lieu de spectacles tels que « Les Journées du Patrimoine », « Les Nuits Romanes ».

Lieu de concerts, de visites guidées ponctuelles et d'animation autour de la Cité Médiévale.

Église Notre-Dame (XIème siècle)

Son clocher roman, porté par quatre gros piliers, est la seule partie originale de cette église. Ses vitraux ont été refaits après la seconde guerre mondiale suite à la déflagration d'une mine, destinée à faire sauter le pont et à laquelle les anciens vitraux n'ont pas résistés. Un seul a été épargné. A gauche de l'édifice, son square révèle deux tours de fortifications à mâchicoulis, érigées pendant la Guerre de Cent ans.

Demeure de mégissiers (XVIème siècle)

Jusqu'au XIXème siècle, cette belle bâtisse a été celle de mégissiers : cette corporation travaillait les petites peaux et le cuir qui étaient ensuite installées sous l' auvent de la maison. Cette orientation au nord permettait d'éviter la propagation des odeurs pendant le séchage des peaux.

Tour des remparts (XIIème siècle)

Cette tour crénelée permettait de défendre la cité fortifiée en plus des éléments de défense qui entouraient la ville : rivière, ruisseau et douves. Pour des soucis de circulation, on modifie la base de cette tour au XXème siècle pour faciliter le passage des véhicules dans la rue étroite de Falk.

La Porte de ville (XIIème siècle)

Connue sous le nom de Porte de Bourbon, elle permettait l'entrée dans la cité fortifiée tout comme deux autres portes aujourd'hui disparues. Elle est flanquée de deux tours et équipée de mâchicoulis.

Le pont (XXème siècle)

Depuis le XVIIIème siècle, la traversée de la Creuse a connu bien des bouleversements : à la fin du XVIIIème siècle, après une forte crue, le pont initial s'effondre, quelques blocs de béton sont encore visibles dans la rivière au bout de l'îlot présent près du pont actuel. Un Bac est alors le moyen le plus pratique pour se rendre de l'autre côté de la rive, pour ensuite laisser la place en 1835, à un pont suspendu. Ne répondant plus aux besoins de circulation, ce pont, fait d'un tablier en bois, laisse la place au béton armé qui devient le matériau essentiel du nouveau pont inaugurée en 1936.

Les Thermes St Roch (XXème siècle)

En 1933, le propriétaire de cet ancien hôtel ouvre d'abord, sans autorisation, son établissement hydrothérapique, grâce à sa propre source d'eau thermale, disponible à proximité du bâtiment. Quelques mois plus tard, son établissement devient officiel et concurrence pendant plusieurs années le grand établissement thermal « Les Thermes du Connétable » avant que les deux établissements ne soient réunis dans la même société.

Les Loges du Parc (XXème siècle)

Au vu de l'importance que prend La Roche-Posay au début du XXème siècle, celle-ci se dote en 1905, de cet hôtel de prestige, au nom initial de « Grand hôtel du Parc ».

Dans les années 30', entre deux guerres, de nombreuses personnalités du monde artistique et intellectuel de l'époque aimaient à « prendre les eaux » et savourer le calme et l'élégance de ce coin de nature. Certains en profitent pour écrire ou avancer dans leurs travaux. On y verra séjourner la riche américaine Florence Gould, Mimi Pinson, André Gide, Pierre Benoît, Jean Cocteau, Tino Rossi, Jean Marais, Henri Genes, ou Sacha Guitry accompagné d'Yvonne Printemps, qui rencontrera Pierre Fresnay à La Roche-Posay, et elle repartit avec ce dernier

Agrandi en 1923, il prend l'apparence qu'on lui connaît aujourd'hui.

Le Pavillon rose (XXème siècle)

En 1805, un siècle avant la construction de ce 1er établissement thermal, Napoléon, après ses campagnes en Russie, fait ériger, à cet emplacement, un hospice pour y soigner ses grognards. 1905, fût donc l'année ou La Roche-Posay se dote d'un établissement thermal digne de ce nom : ses cabines 1ères et 2èmes classes permettaient aux baigneurs de prendre les eaux. L'eau thermale, entreposée dans de grands bacs à l'extérieur du pavillon et sous le kiosque (encore visible derrière le pavillon), était distribuée par des baigneuses.

Les Thermes du Connétable (XXème siècle)

Ce grand établissement thermal, inauguré en 1932, fit la fierté de la Société Thermale de La Roche-Posay. Pensé par un grand architecte du moment « Allengry », ses notes orientalistes lui donnent une architecture en vogue pour l'époque. Entouré de haies, de grands portails en bois et de vigne, le Connétable fut l'objet de toutes les éloges. Son intérieur a du être largement modifié au début des années 90, laissant place à une décoration noire et or dans son hall d'accueil et à un ascenseur. De nouvelles fresques ornent ses murs représentant la vie de Radegonde.


Le Parc Thermal

Ce large parc où il fait bon se promener est l'endroit où sont situés une grande partie des accès à l'eau thermale. C'est d'ici que partent les réseaux d'alimentation de l'eau vers les deux centres thermaux, le Spa Thermal Mélusine et la buvette du centre ville. Des jardins agréables ont été aménagés devant le Pavillon rose. Détente est le maître mot de ce quartier vert et paisible de La Roche-Posay.

Diaporama